mardi 24 février 2009

Les énergies renouvelables emploient plus de 50 000 personnes en France


L'observatoire des énergies renouvelables en Europe, Eurobserv'ER, a évalué à 51 010 le nombre d'emplois liés à ces énergies, pour la plupart directs, en France. Un chiffre qui s'élève à près de 400 000 pour l'ensemble des 7 pays suivis par le baromètre, l'Allemagne, l'Espagne, la France, l'Autriche, la Pologne, la Slovénie et les Pays-Bas. C'est le secteur de la biomasse qui emploie le plus de personnes en France (30 000 emplois dont 23 000 pour la seule biomasse solide), suivi loin derrière par l'éolien (7 500 emplois), la géothermie (5 200) et la petite hydraulique (3 900). Le solaire ne regroupe que 2 300 emplois et le photovoltaïque, 2 110. Ces chiffres restent très faibles au regard de ceux provenant d'Allemagne puisque qu'outre-Rhin, on compte 230 000 emplois liés aux énergies renouvelables, principalement dans l'éolien et le photovoltaïque.

LES ENERGIES RENOUVELABLES RECRUTENT.

"Le secteur des énergies renouvelables est porteur pour l'emploi. En 2004, le nombre d'emplois dans l'ensemble des filières se montait à 38 900. Selon des estimations du Syndicat des énergies renouvelables, d'ici 2010, 76 500 nouveaux emplois seront créés, toutes filières confondues, en France. Les créations de postes diffèrent d'une filière à l'autre." Pour lire la suite sur RSE News, cliquer ICI.

Au sommaire : La biomasse et l'éolien sont deux filières à fort potentiel de recrutements ; Vous recherchez une formation ou un emploi ; Vous êtes recruteur : Pensez au dispositif "Les Emplois de l'écologie" ; Evénement associé au secteur des énergies renouvelables ;

Liens : Comité de liaison Energies Renouvelables, Les Emplois de l'écologie, Salon des énergies renouvelables.http://www.rsenews.com/

Les énergies renouvelables : une mine d'emplois ?

75 000 emplois pourraient être créés en France grâce au développement des filières des énergies renouvelables. Pour consulter ce dossier sur France 5 Emploi.

Au sommaire : Toutes les filières seraient concernées ; En savoir plus (des liens et des livres pour aller plus loin sur le sujet). http://emploi.france5.fr/Source : Info signalée par Aude Chabroud.

A consulter également :
Dossier "Energies renouvelables et création d'emploi" téléchargeable en ligne sur le site du syndicat des énergies renouvelables -
http://www.enr.fr/ : "Energies renouvelables : un gisement de 75 000 emplois nouveaux d’ici 2010" ; cliquer ICI pour télécharger ce dossier en PDF. Source : Info transmise via le Forum & Réseau collaboratif EJ'Envie : http://www.ejenvie.org/
Energie, un secteur en pleine mutation

Ouverture des marchés du gaz et de l'électricité, durcissement des réglementations relatives à l'environnement, la filière énergie évolue, notamment en Europe où se constituent peu à peu des champions nationaux. Quels sont les métiers du secteur ? Et quelles opportunités dans les années à venir ?
Le secteur des énergies recouvre plusieurs filières : le pétrole, l'électricité, le gaz, le nucléaire. Chargés d'extraire et de raffiner le pétrole notamment, les principaux acteurs de la filière pétrolière sont aujourd'hui au nombre de quatre : Total, BP, Esso et Shell. Avec l'ouverture européenne des marchés du gaz et de l'électricité, la création d’un mastodonte issu de la fusion GDF Suez, le monopole EDF GDF a vécu. Des concurrents apparaissent tels que Poweo ou Direct Energie. Suite aux chocs pétroliers des années 1970, pour accroître son indépendance énergétique, la France a fait le choix du nucléaire et lancé un programme de construction de centrales. Elle dispose aujourd'hui d'un parc de 58 réacteurs. Des entreprises comme Framatome-ANP et Cogema (réunis au sein du groupe Areva) sont deux acteurs majeurs en terme de conceptions de réacteurs et de transformation des matières nucléaires. Dernière filière : celle des énergies renouvelables (solaire, éolienne, géothermale, etc). D'ailleurs les grands groupes internationaux se positionnent déjà sur ce secteur.

Les métiers du secteur.

Les entreprises du secteur des énergies comptent dans leurs effectifs une majorité d'ingénieurs et de scientifiques issus de l'université. De nombreux métiers de la production y sont représentés. Chez les pétroliers, des géologues, des géophysiciens et des ingénieurs réservoirs et forage-puits oeuvrent sur le terrain. Les opérateurs en raffinerie et procédés interviennent, eux, en aval, dans la transformation de pétrole brut en produits pétroliers. Dans les centrales nucléaires, la fonction recherche et développement est porteuse. "Nous avons également besoin d'ingénieurs spécialisés en génie civil, électromécanique et ingénierie de construction", indique Eve Mathieu, responsable de l'espace mobilité cadres chez EDF. Mais les profils commerciaux ne sont pas en reste. Depuis l'ouverture des marchés du gaz et de l'électricité en juillet 2004, les entreprises recrutent des diplômés d'écoles de commerce chargés de concocter des offres commerciales ciblées. L'objectif ? Faire face aux concurrents qui se positionnent sur des niches en terme de services. Enfin, en perspective des litiges liés à l'ouverture de ces marchés, des juristes spécialisés en droit européen sont également des profils recherchés.

Quelles opportunités ?

Les énergies renouvelables ont le vent en poupe. Entré en vigueur le 16 février 2005, le protocole de Kyoto incite les pays industrialisés à lutter en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans le même temps, la directive européenne sur l'électricité verte fixe un objectif de 21% d'électricité d'origine renouvelable dans la consommation nationale brute d'électricité en 2010. Dans les années à venir, des milliers d'emplois pourraient ainsi être crée dans les filières éoliennes, du bois-énergie, des biocarburants, du solaire thermique et photovoltaïque, du biogaz, micro-hydraulique et géothermie. De son côté, l'hydrogène apparaît lui aussi comme une autre alternative aux énergies classiques. Vecteur d'énergie produite grâce à l'électrolyse de l'eau ou à l'extraction du méthane, il peut potentiellement remplacer des consommations de pétrole (dont les réserves pourraient s'amenuiser à moyen terme) et pourrait se développer dans les prochaines années. De réelles opportunités existent pour les jeunes diplômés et principalement les diplômés d'école de commerce ou d'ingénieurs (spécialités aéronautique, électronique, électricité, mécanique, matériaux composites).

Issu de différents articles : www.reseau-tee.net - http://jd.apec.fr - www.journaldunet.com

Aucun commentaire: