vendredi 24 octobre 2008

Free ouvre une partie du code source de sa Box.


Un des ingénieurs de Freebox SA vient de publier sous licence GPL une partie du code source utilisé pour la Freebox. Celui-ci vient enrichir le projet OpenWRT, qui développe des micrologiciels (firmware) alternatifs sous Linux pour de nombreux routeurs.


Maxime Bizon, ingénieur au sein de Freebox SA, la division d'Iliad en charge du développement du modem triple play de Free, a publié une partie du code source de la Freebox sous licence GPL. Il a agi avec l'accord de son employeur et de Broadcom, qui développe les semi-conducteurs utilisés dans ce modem.


Cette publication a été intégrée aussitôt au code du projet OpenWRT, qui vise à concevoir des firmware ou microprogrammes alternatifs sous Linux pour de nombreux routeurs (dont ceux de Linksys). Elle ouvre la porte à de nombreux développements, pour la Freebox mais aussi pour d'autres box utilisant les mêmes composants, par exemple la NeufBox.


Cette partie du code concerne la gestion matérielle des ports Ethernet et USB, ainsi que de la famille de chipsets Broadcom BCM63xx. Outre une contribution importante au monde du logiciel libre et à la communauté OpenWRT, cette publication permet aussi à Free de régler en partie son différend avec la FSF France (Free Software Fondation) qui lui reprochait d'avoir violé la licence GPL sur la Freebox.


Les chipsets Broadcom sont utilisés par de nombreuses box dans leurs différentes révisions. Outre la Freebox et la NeufBox, la Livebox d'Orange ou celle de feu Club-Internet utilisent aussi des versions antérieures de ce chipset. La contribution de Maxime Bizon pourrait grandement aider à la création de firmware alternatifs pour ces boîtes à tout faire. OpenWRT, tout comme d'autres projets similaires tels que OpenBox 4, visent à ajouter des fonctions aux routeurs et boîtes de FAI mais aussi à améliorer leur stabilité.


Par Vincent Birebent, ZDNet France

Aucun commentaire: